Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 22:40

 

 

Logo-CNDF.gif

 

Communiqué du Collectif Droits des Femmes 80


Droit de cuissage en entreprise :

Mais pour qui se prend-il ?

 

Les violences sexistes et sexuelles sont partout, pourquoi le monde du travail échapperait-il à cette loi ?

 

Injures, agressions physiques, avances, gestes non désirés, harcèlement sexuel, agression sexuelle, viol, images pornographiques…au travail, les violences faites aux femmes sont multiformes, mais elles prennent leurs sources d’abord et avant tout dans la domination masculine. Elles s’appuient sur la construction d’une soi-disant inégalité naturelle entre les sexes et sont l’expression du pouvoir que ces hommes croient être autorisés à exercer sur les femmes.

 

Il faut dire que la situation des femmes dans le monde du salariat est loin d’être glorieuse. Majoritaires en contrat précaires et chez les bas salaires, toujours payées en moyenne 27% de moins que les hommes, occupant des postes inférieurs, elles se retrouvent souvent en situation de subordination vis-à-vis de leur harceleur (patron ou supérieur) et sont dépendantes économiquement de leur travail, comme elles pourraient l’être d’un conjoint violent.

 

Malheur à celles qui osent parler… dénoncer le harcèlement sexuel au travail est un acte courageux !

 

Perte de l’emploi, suppression des primes, refus de congés, horaires modifiés, travail et compétences dénigrées, mutations, mise en retraite, démission… Alors que l'employeur a l'obligation de faire cesser le trouble, l’affaire se règle le plus souvent en interne, évidemment au détriment des victimes. Et quand malgré tout il y a une condamnation, celle-ci est rarement suivie d’une sanction. Aujourd’hui encore, on ne résiste pas ou on ne met pas impunément en cause un harceleur.

 

C’est pourquoi le Collectif Départemental Droits Femmes 80 apporte tout son soutien à Laury et Gwenaëlle, harcelées sexuellement par leur patron sur leur lieu de travail. Il est temps que ce type d’agissement cesse. Partout où elles ont envie d’être, la place des femmes est légitime.


Venez les soutenir

mercredi 5 mars 2014 à partir de 8h30

devant le tribunal des Prud’hommes

18 rue Lamartine à Amiens

 

A l’initiative du CDDF 80,

rejoint par (signataires) : CGT en Somme, Gauche unitaire (membre du Front de gauche), Jeunes Communistes, Jeunes Ecologistes, Ligue des Droits de l’Homme de la Somme, Parti communiste français (membre du Front de gauche), Parti de Gauche (membre du Front de gauche).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires