Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 23:24

 

 

16801c10

1mai 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La LDH appelle à un 1er Mai pour l’égalité des droits et contre le racisme (cliquez ici). Nous ne saurions oublier, par « égalité des droits », les droits sociaux, mis à mal par les politiques austéritaires. En ce sens, bien des passages du discours prononcé à Amiens le 1er mai 2012, avec une tonalité très sociale en pleine période de crise et quelques jours avant le second tour de l’élection présidentielle (cliquez ici), seraient, ce 1er Mai 2014, et après deux ans d’une nouvelle gouvernance, encore d’actualité !



Faisons donc de ce 1er mai, dans la Somme comme partout ailleurs, « un jour de combat pour le droit à l’égalité et l’égalité pour tous » :

 

à AMIENS : rendez-vous, à l’appel de syndicats et d’autres organisations (cliquez ici), à 10h30 parc de La Hotoie. La manifestation sera suivie de la tenue d’un village associatif à l’initiative de la CGT (concerts, restauration, nombreux stands…),

 

à ABBEVILLE : rendez-vous, à l’appel de syndicats, de la LDH et de partis du Front de Gauche (PCF, PG), à 10h30 place du Pilori. À cette occasion, le livre En finir avec les idées fausses propagées par l'extrême droite de Pierre-Yves Bulteau (éditions de L'Atelier, prix 5 euros) sera en vente.  Des syndicats de salariés et d'étudiants ainsi que des associations (CGT, FIDL, FSU, JOC, LDH, MRAP, SOLIDAIRES, UNEF, UNL ) soutiennent la publication de cet ouvrage, véritable antidote au discours du FN,

 

à FRIVILLE ESCARBOTIN : rendez-vous à l’appel de syndicats à 10h30 place Jean Jaurès,

 

à HAM : rendez-vous à l’appel des syndicats à 10h00 esplanade du château, devant l’arbre de la Liberté.

 

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 01:15

 

 

 

La section LDH d'Abbeville et la Fédération LDH de la Somme vous invitent à la conférence débat qui se tiendra le vendredi 29 novembre 2013 à Abbeville, grande salle de la rue des Carmes, dès 20h30

 

EGALITE & JUSTICE SOCIALE, avec Jean-Pierre DUBOIS,

Président d'Honneur de la LDH :

 

LDH-JP-DUBOIS-Abbeville.jpg

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 21:45

 

 

5555765-8288052.jpg

 

La LDH apporte son soutien aux familles qui manifestaient pacifiquement, samedi 19 octobre place de la République à Paris, pour que soit respecté leur droit au logement, et qui ont été violemment évacuées par une charge de CRS.

À cette occasion, une douzaine de personnes ont été blessées par la police : mères de familles mal logées, militant-e-s du DAL et d’autres associations les soutenant.

 

Avec d’autres organisations, nous sommes aux côtés de celles et de ceux qui luttent quotidiennement pour le droit au logement pour toutes et tous.

LDH Nationale - Paris, le 22 octobre 2013

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 21:50

 mathieu-530x346.jpg

 

 

 

Le gouvernement s’oppose à l’amnistie, pourtant très restreinte, votée par le Sénat au bénéfice des militants syndicaux

Si le respect de la loi républicaine s’impose à tous, l’application de celle-ci, sans tenir compte du contexte et des responsabilités, peut conduire, pour reprendre l’expression de François Mitterrand à user de la « force injuste de la loi ».

En l’espèce, refuser de tenir compte de l’exaspération de militants syndicaux, parfois confrontés à des pratiques illégales comme à l’irresponsabilité d’actionnaires qui engendrent des drames humains frappant des dizaines de milliers de personnes, c’est mettre sur le même pied la colère que provoque l’injustice et la protection d’intérêts particuliers. Dès sa création, la LDH a toujours considéré que la défense des libertés syndicales était un élément essentiel de la défense des droits de l’Homme. Plus récemment, elle est intervenue auprès du Premier ministre pour qu’il entende et approuve cette loi d’amnistie. La LDH regrette que le gouvernement préfère le respect à toute force de la lettre d’un ordre injuste à l’esprit de justice sociale pour le respect duquel il a été élu.

Communiqué national de la LDH

Paris (25 avril 2013) – Source : cliquez ici

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 15:12

 

 2220.pngPour la transparence des entreprises en matière sociale et environnementale

 

 

 

A rebours des aspirations de la société, au moment où des catastrophes d’ampleur soulignent l’urgence de la transparence et du contrôle, le gouvernement revoit au rabais l’obligation de transparence des entreprises en matière sociale et environnementale, reniant du même coup ses engagements du Grenelle de l’environnement.

  

 

Le projet de décret d’application de l’article 225 de la loi « Grenelle » communiqué par le ministère du Développement durable réduit le nombre de nouvelles entreprises assujetties et repousse leur obligation de transparence à 2014 pour la plupart. De plus, ces rapports annuels sur les pratiques sociales et environnementales des entreprises n’ont d’intérêt que s’ils portent sur une liste précise d’indicateurs comparables entre entreprises et stables dans le temps. Or les entreprises seront libres de présenter « les données pertinentes » (sans en préciser la signification) parmi une liste limitative. Cette liste est non seulement en retrait par rapport à celle de la loi sur les nouvelles régulations économiques (NRE) de 2001 qui s’appliquait aux grandes entreprises cotées en bourse, notamment en matière sociale, mais pire encore, elle place les droits de l’Homme avec la lutte contre la corruption et les mesures concernant la santé et la sécurité des consommateurs, sous une rubrique intitulée « loyauté des pratiques ».

 

La Ligue des droits de l’Homme regrette vivement ce désaveu du droit de regard des citoyens sur les activités des entreprises dont ils sont clients, salariés ou victimes pourtant recommandé par la Commission nationale consultative des droits de l’Homme en avril 2008.

 

La LDH s’associe pleinement aux propositions de corrections préparées par le collectif d’associations et de syndicats réunis au sein du Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises et elle en appelle aux ministres compétents pour réviser leur position.

 

LDH Nationale

Paris, le 24 mars 2011

 

 

(Source & en savoir +) : http://www.ldh-france.org/Pour-la-transparence-des

 

 

 

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 11:39

 

 

La Ligue des Droits de l'Homme et du citoyen (LDH) était, hier encore, aux côtés des nombreux manifestants pour la défense de la retraite à 60 ans.

 

Plus de 3 000 000 de manifestants ce samedi 16 octobre en France, entre 12 000 et 20 000 à Amiens, près de 2 000 à Abbeville, la mobilisation ne faiblit pas ! Elle doit se poursuivre... .

 

La LDH, présente hier sur tout le territoire et notamment dans la Somme (voir photo), invite à participer à la prochaine manifestation prévue ce mardi 19 octobre.

 

 

 

manif-du-samedi-16-octobre-copie-1.jpg

 

Manifestation du 16 octobre à Amiens : le Président de la LDH Somme dans le défilé.

Photo de J-M. Faucillon (source : http://amiensebouge.canalblog.com/)

 

Vous trouverez également ci-dessous (ou rubrique "droits sociaux" ci-contre) le communiqué national de la LDH concernant la défense des retraites et son appel à mobilisation(s).

 

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 08:34

images-copie-6.jpg

 

La LDH de la Somme invite à participer, en nombre, aux manifestations locales contre la réforme des retraites. Des précisions sur les lieux et heure de départ des cortèges seront apportées d'ici samedi.

 

 

bonnet-phrygien.jpg

 

Communiqué LDH Nationale

Paris, le 29 septembre 2010

 

2 octobre : ce n’est pas le jour de battre… en retraite !

 

 

La LDH appelle à participer aux côtés des organisations syndicales rassemblées à la journée d’action du 2 octobre pour une retraite solidaire pour tous.

La Ligue des droits de l’Homme, parce qu’elle a toujours agit pour une indivisibilité des droits, qu’ils soient politiques et civiques ou économiques, sociaux et culturels a appelé à participer à toutes les actions initiés par les organisations syndicales. Elle se félicite d’une unité d’action, de nature elle seule à rappeler au gouvernement que la retraite par répartition est le seul système de nature à permettre une égalité d’accès au droit à une pension décente.

Si une réforme est nécessaire, ce ne peut être celle actuellement proposée qui ne change rien aux inégalités existantes par exemple entre femmes et hommes, qui aggrave les celles qui sont issues des places différentes sur le marché du travail, qui condamne les vieux précaires à la pauvreté, qui ne tient aucunement compte des travaux les plus durs, effectués par les plus pauvres, les moins qualifiés.

Dire aujourd’hui que la baisse du montant des retraites est tout aussi inévitable que l’augmentation de la durée de la vie de travail est clairement une affirmation de la volonté de ne pas tenir compte de l’effrayante inégalité des revenus et des patrimoines. C’est aussi refuser de répartir différemment des richesses toujours aussi concentrées dans les mains de quelques ultra riches dont l’avarice n’a d’égal que la cupidité.

Sur la base de sa contribution politique au débat sur les retraites, comme elle l’avait fait dans ses communiqués du 27 mai, du 24 juin, du 7 septembre et du 23 septembre, la LDH appelle à être le 2 octobre dans les rues de France aux côtés des salariés et de leurs organisations syndicales pour défendre un système de retraite solidaire.

 

 

 

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 11:46

 5938496887_Manifestatiseille.jpg

 

 

 

Défense du droit à la retraite : la LDH appelle à participer aux manifestations du 7 septembre aux côtés des organisations syndicales.
 
Appel à manifester le 7 septembre

Dans un contexte de crise sociale et de politiques publiques qui augmentent les inégalités, la grève et les manifestations de mardi 7 septembre revêtent une importance cruciale pour l’avenir de la solidarité sociale.

La LDH, qui défend depuis plus d’un siècle l’indivisibilité des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, appelle les citoyens à ne pas se laisser duper par les discours qui prétendent que la seule solution pour financer la protection sociale consisterait à aggraver les conditions d’exercice de l’activité professionnelle de toute une vie pour pouvoir bénéficier d’une retraite digne de ce nom.

 

Parce que le droit à une retraite décente fait partie des droits de l’Homme, la LDH rappelle les raisons de son engagement dans ce mouvement social :

 

- La retraite par répartition est la seule qui garantisse les droits de tous. La crise des marchés financiers a détruit les retraites « par capitalisation individuelle » de dizaines de millions de personnes sur le continent américain. Et la capitalisation n’ouvre de droits qu’à ceux qui peuvent se la payer…

 

- L’argument démographique ne doit pas masquer l’essentiel : le nombre d’actifs et la création de richesse dans un pays donné. C’est dans la lutte contre le chômage et la précarité que se construit aussi l’avenir des retraites. Et le progrès qu’est l’allongement de la durée de la vie ne peut être confisqué pour favoriser ceux qui rêvent de vendre de l’ « épargne-retraite ».

 

- L’idée que les vieux seraient privilégiés par rapport à des jeunes pauvres est une insulte à la masse des retraités qui perçoit le minimum vieillesse non contributif ou une pension proche du Smic. En fait les inégalités passent à l’intérieur des générations, et s’il y a une opposition entre pauvres et riches, elle n’est pas entre classes…d’âge.

 

- Tout discours sur le recul des prélèvements obligatoires et sur le développement de l’épargne-retraite a pour objet, et en tout cas pour effet, de renvoyer chacun à son propre sort supposé mieux assuré par l’individualisation et l’assurance personnelle, avec comme seule perspective l’augmentation des inégalités tout au long de la vie.

 

- Repousser l’âge minimal légal de départ à la retraite et l’âge de retraite à taux plein, après avoir indexé les pensions sur les vingt-cinq meilleures années et sur les prix, c’est imposer une considérable diminution des pensions des salariés les plus modestes, les plus précaires, les moins qualifiés, et notamment aggraver la situation de très nombreuses femmes exposées à la précarité et aux carrières discontinues.

 

- La retraite est le reflet du marché du travail. Prôner le recul de l’âge de départ à 62, voire à 67 ans, c’est faire semblant d’ignorer que 60% des salariés ne sont plus en activité à 60 ans, ce qui signifie, si la « réforme » devait passer, l’impossibilité pour le plus grand nombre d’avoir une retraite à taux plein.

 

Sauver la retraite par répartition, refuser la baisse massive des retraites et l’explosion des inégalités devant le droit à la retraite, c’est refuser un projet de société dans lequel les salariés pauvres seraient des retraités encore plus pauvres et les actifs privilégiés resteraient des rentiers protégés. C’est l’avenir de la solidarité qui se joue dès ce 7 septembre autour de la mobilisation à laquelle la LDH appelle tous les citoyens attachés à l’égalité des droits et à la justice sociale.

 

Source : site national de la LDH.
Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 07:05

 

Soirée avec J-J. Chavigné sur les retraites,

en partenariat avec la LDH-Amiens

  

  medium_retraite.jpg

 

 

L’union syndicale SOLIDAIRES, ATTAC, La LDH (section d’Amiens), le journal « FAKIR » et les « Teufs à Babeuf », vous invitent à une conférence débat sur l’avenir des retraites avec Jean Jacques CHAVIGNE, co-auteur, avec Gérard FILOCHE, du livre "Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible"

 

 

Mercredi 26 mai 2010 à 20h30,

Grande salle DEWAILLY à Amiens

 

 

Dés 20h30, la soirée commencera par une scénette des « 9,3% », (le pourcentage des richesses piquées aux salariés et qui vont dans les poches des actionnaires) , et  François Ruffin journaliste, co-auteur avec Jean Luc PORQUET, (un des rédacteurs du Canard Enchaîné) du livre « Les jours Heureux », autour du programme du Conseil National de la Résistance, introduira le débat sans oublier dans le même temps la projection de dessins inspirés du journal « FAKIR »… (voir site : www.fakirpresse.info pour le dernier « Tcho-fakir » sur le « hold-up tranquille à propos des retraites »…) .

 

 

Une table de presse, notamment animée par la librairie « le Labyrinthe » sera dressée et le pot de l’amitié clôturera la soirée… 

                                                                      

Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 06:51

48524253_m.jpg

                                                              Photo : J-M. Faucillon : http://amiensebouge.canalblog.com/



Hier 13 janvier, devant la Cour d'appel d'Amiens, se tenait un rassemblement de soutien aux 6 Contis condamnés en première instance par le tribunal correctionnel de Compiègne. Il était le lieu de rendez-vous du cortège qui a manifesté au départ de la Gare d'Amiens jusqu'au palais de justice. Plus de 1 000 personnes ont effectué le déplacement, malgrè le froid et la neige, pour assurer les Conti de leur soutien.

La LDH, qui appellait à ce soutien avec d'autres forces de Progrès, était notamment représentée par son Secrétaire Général Dominique GUIBERT. Son Président national, Jean-Pierre DUBOIS, annoncé, s'exprimait dans le Courrier Picard du jour pour dénoncer la pénalisation du mouvement social  (C.F. Edition du 13/01/2010 et communiqué ci-après).

L'appel de ce procès, qui s'apparentait à celui du mouvement social, a vu cette fois la requête de peines de prison avec surcis, "adoucissant" le verdict de première instance. L'avocate des Contis, soutenus par des témoins de moralité - leaders nationaux (ou locaux...) de syndixats (Syndicat National de la Magistrature, CGT locale...), associations (LDH) et partis de gauche - plaide la relaxe ; les témoins insistant sur le deux poids - deux mesures entre les peines qui affectent le mouvement ouvrier et social et celui de "revendicateurs" autrement plus violents mais jamais inquiétés.

Le verdict sera rendu le 5 février prochain.

Pour rappel, le communiqué co-rédigé par la LDH :


Communiqué commun LDH / Syndicat des avocats de France (SAF) / Syndicat de la magistrature (SM) - 26 septembre 2009 (Paris) :


Condamnation des « CONTI » : nouvelle illustration de la pénalisation du mouvement social

Le 1er septembre, six ouvriers de l’usine CONTINENTAL de Clairoix ont été condamnés à des peines de 3 à 5 mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel de Compiègne pour « destructions de biens d’utilité publique en réunion ».


En avril dernier, apprenant que la fermeture de leur usine était confirmée par la justice, 200 salariés menacés de licenciement avaient exprimé leur désarroi dans les locaux de la sous-préfecture de Compiègne.

Tout le monde se souvient des images de cette colère spontanée qui a conduit à la dégradation de quelques biens mobiliers. Plutôt que de prendre conscience de l’intensité de la détresse de ces salariés, le Premier ministre n’avait pas hésité à stigmatiser outrancièrement cette action en indiquant qu’elle était le fait d’une « minorité très agissante et très violente » qu’il convenait de sanctionner sévèrement.


Le gouvernement nous avait pourtant habitués à une réelle mansuétude, tant pour les « patrons voyous » - en dépit de quelques effets de manche médiatiques - que pour les auteurs de véritables saccages appartenant il est vrai à son électorat traditionnel…

Cette indignation à géométrie variable de la majorité au pouvoir est réellement insupportable, en ce qu’elle alimente la séparation sociale et la désespérance populaire.

Il est vrai que les idéologues de la « loi du marché » sont naturellement peu sensibles à l’insécurité salariale et à ses effets dévastateurs.


Une fois de plus, cette approche dominante des rapports sociaux n’a pas manqué de se traduire par une instrumentalisation consentie de la justice. Comment analyser autrement le contenu surprenant des réquisitions du parquet suggérant de punir plus sévèrement les prévenus qui contestaient leur participation aux faits ? De même, comment ne pas s’étonner de condamnations si sévères, prononcées par un juge unique n’ayant pas cru devoir - malgré la complexité de l’affaire et l’importance des enjeux - partager la réflexion judiciaire dans le cadre d’une collégialité ? Tout se passe comme si cette juridiction solitaire, en parfaite harmonie avec l’air du temps, avait anticipé le vote imminent de la loi Estrosi sur les bandes (résurgence aggravée de la loi anti-casseurs) qui prévoit rien moins qu’une responsabilité collective en matière pénale.


Le Syndicat de la magistrature, le Syndicat des avocats de France et la Ligue des droits de l’Homme dénoncent ce nouvel épisode de la pénalisation du mouvement social et partagent l’émoi des organisations syndicales et politiques qui ont marqué leur solidarité avec « les CONTI ».


Paris, le 26 septembre 2009






Repost 0
Published by LDH 80 - dans Droits sociaux
commenter cet article